En réflexion...

ENTRONS-NOUS DANS L’AGE DU RENONCEMENT ?

Philosophe engagée, Chantal Delsol lance la controverse. En signant L’Age du renoncement, elle soutient que nous vivons une métamorphose radicale : la vision de l’existence que nous avons héritée depuis 2500 ans, tant au plan philosophique – avec les Grecs depuis Parménide et Platon – qu’au plan religieux – avec les traditions du monothéisme – est en train de s’effriter et de disparaître. L’époque présente prêche le renoncement aux modes d’être et de pensée antérieurs à la matrice qui a fait la civilisation occidentale : renoncement à la quête de vérité au profit d’un retour aux mythes, retour fusionnel au grand tout cosmique, renoncement à une conception du temps linéaire au profit de l’éternel retour, surtout renoncement à la référence transcendante au profit d’un polythéisme ou d’un syncrétisme diffus. Ce sont en fait tous les repères fondateurs de la culture occidentale  patiemment élaborés au cours des siècles qui sont en voie d’effacement. L’intention de l’auteur est claire : « Je voudrais montrer que nous sommes en passe, non de tomber dans la décadence, mais de nous réapproprier, sans le savoir encore, cette antique sagesse que le christianisme avait, non pas effacée, mais dépassée ».

L’intérêt du livre tient à l’éclairage lucide qu’il propose. Ainsi lorsque Chantal Delsol dénonce l’esprit utilitariste qui règne aujourd’hui à tous les niveaux ou regrette l’éclipse des fondements démocratiques qui doivent au judéo-christianisme l’émergence de la référence suprême : une personne libre, autonome et responsable des autres comme de son destin. Elle n’hésite pas à souligner les dangers inhérents à l’abandon des identités culturelles au profit d’un « peuple mondial qui dissout les entités d’appartenance et en même temps s’établit dans le seul présent ». Les thèses de l’auteur provoquent bien entendu le débat mais, quelles que soient les critiques qu’on peut lui opposer, la vaste question qui reste ouverte en définit fermement l’enjeu : sommes-nous bien au seuil d’une nouvelle forme de culture et de civilisation ?

François Gachoud

Chantal Delsol : L’âge du renoncement. Ed. Cerf, Coll. La nuit surveillée, 299 pp.

MERLINI-DELSOL-LI.03.12.11-pdf
Partager l'article
Share on Facebook
Facebook