En réflexion...

LE CERVEAU DES ENFANTS A L’ERE NUMERIQUE

Ecrans, smartphones, jeux videos, ordinateurs, tablettes, partout nos enfants fonctionnent dans un univers numérisé. Vous les avez sans doute déjà vu pianoter avec une incroyable dextérité, avant même qu’ils sachent lire, sur toutes sortes d’écrans qui sont à portée de main. Dès leur entrée à l’école, ils passeront plusieurs heures par jour en parfaite symbiose avec eux. Questions : que deviendront ces petites têtes qui baignent dans le virtuel ? Quel en est l’impact sur le développement de leur cerveau ?

Les spécialistes en neurologie s’interrogent. Ils mettent le doigt sur ce phénomène absolument nouveau car il est en passe de modifier durablement le fonctionnement du cerveau. Susan Greenfield, professeure à Oxford, pense que « ce que l’on vit là est comparable au changement climatique. Lorsque nos enfants surfent et jouent en réseau, leur cerveau en construction est exposé à une activité trop intense qui perturbe leur développement ». La séduction des écrans induit-elle donc des comportements addictifs ? Le constat semble de plus en plus confirmé. Selon Roland Jouvant, psychiatre, « l’enfant shooté aux écrans est forcément moins incité à faire travailler son corps, son imaginaire, son intelligence, à supporter souffrances et frustrations. Il devient dépendant de ses paradis numériques artificiels ». La raison de cette addiction ? Le cerveau sécrète un puissant stimulant, la dopamine, comme chez les accros au tabac, à l’alcool, à la cocaïne.

Il ne s’agit pas d’être a priori alarmiste, mais de prendre en compte cette situation pour en percevoir les enjeux. L’enjeu majeur en l’occurrence, c’est l’influence des écrans sur la formation de l’intelligence. Car on sait aujourd’hui combien sont cruciales les premières années de l’enfance. A ce moment-là, le cerveau est hyperplastique, malléable à souhait, sensible à tout ce qu’il voit, touche et ressent. Selon le professeur Olivier Houdé, qui observe en laboratoire l’activité cérébrale des enfants grâce à l’IRM, on n’est plus, comme avant le numérique, dans le développement d’une intelligence linéaire, réfléchie et relativement lente en progression : « Avec l’écran, on est dans un nouveau mode, fluide, rapide, fragmenté, automatique. On sollicite moins le cortex préfrontal, siège de la synthèse personnelle, du recul, de l’abstraction. Il y a là quelque chose qui risque de modifier l’intelligence humaine ».

On ne peut certes pas encore mesurer les effets d’un pareil changement. Mais ce qui paraît certain, c’est que la grande plasticité du cerveau de l’enfant, de plus en plus modelé par l’outil écran, va engendrer des conséquences profondes sur la construction et le mode de fonctionnement de son intelligence. Si le pessimisme n’est sans doute pas de mise, nous devrions au moins nous inquiéter du phénomène quand il devient addictif parce qu’il nuit au développement équilibré de l’enfant. Il en est de même pour des ados scotchés des heures durant sur leurs écrans. C’est un souci nouveau pour des parents souvent dépassés par l’habileté si précoce de leurs enfants et parfois peu conscients de la nécessité d’une vigilance et d’un contrôle pour les préserver de l’excès.

François Gachoud

Partager l'article
Share on Facebook
Facebook