En réflexion...

UN DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE ACCESSIBLE A TOUS

Consulter le Dictionnaire des concepts philosophiques ne conduit pas seulement aux notions et définitions habituelles. Il est une invitation à explorer la polyphonie du sens.

Descartes avait raison. Dans sa lettre-préface aux Principes de la philosophie, il avançait avec conviction : « C’est proprement avoir les yeux fermés, sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivre sans philosopher ». A l’aube de la philosophie, les Grecs eux-mêmes n’avaient pas dit autre chose : le but premier de la philosophie n’est pas de construire des monuments de pensée, des systèmes savants réservés à une élite qui cogite en vase clos et souvent loin des préoccupations de l’existence. Il consiste à éclairer la vie elle-même en apprenant à en penser les trajectoires. La philosophie est une pensée en marche qui s’édifie en s’interrogeant sur le sens de la vie. Raison pour laquelle l’exploration de la création des concepts qui ont ouvert des voies multiples à la compréhension de l’homme et du monde est une aventure passionnante. En publiant Le dictionnaire des concepts philosophiques, les éditions Larousse-CNRS nous offrent de pouvoir vivre cette aventure.

On objectera peut-être qu’un dictionnaire ne saurait remplir un tel office ; qu’il est fait pour être consulté aux seules fins de préciser des notions, des définitions, de proposer des distinctions utiles. Eh bien non. Si l’on ne saurait exclure ce caractère utilitaire, un tel dictionnaire va beaucoup plus loin. Car il nous donne de pouvoir participer à l’aventure de la vie intellectuelle qui traverse tous les champs du savoir pour les relier aux interprétations polyvalentes de la vie tout court. Si par ailleurs le domaine de la philosophie est aussi vaste que tout ce qu’il y a à penser, ce dictionnaire qui rassemble une gerbe de 800 articles nous livre les clés essentielles à la compréhension des courants, des doctrines et des notions fondamentales qui n’ont pas seulement éclairé des périodes entières de l’histoire, mais ont aussi permis de penser le vivre aujourd’hui.

Plus concrètement, il s’agissait, avec cette publication, de mettre à la portée du plus grand nombre une version qui ait les qualités du Grand dictionnaire de la philosophie publié par Larousse en 2003, en allégeant ses inévitables lourdeurs, en soulageant ses données parfois très complexes, sans pour autant tomber dans l’approximation ou les simplifications réductrices. Une gageure en un mot, mais un pari tenu puisque nous nous trouvons devant un ouvrage cohérent et resserré sur les fondamentaux.

Autre souci majeur : montrer comment l’enracinement historique des concepts a été retravaillé pour ouvrir de nouveaux chantiers. Ainsi en philosophie des sciences, notamment cognitives, où les apports de la psychologie, des neurosciences, en relation avec la phénoménologie et la logique mathématique, ont ouvert de nouveaux chemins. Ainsi en philosophie de l’art, où les questions portant sur l’expérience esthétique rencontrent des enjeux culturels et symboliques de provenances diverses. Quant à la philosophie politique, longtemps dominée par une pensée d’orientation marxiste, elle est aujourd’hui concentrée que les questions liées aux droits de l’homme, de la justice et des conditions de leur extension à tous. Enfin, le renouvellement de la réflexion éthique, principalement dû aux avancées considérables de la biologie et de la génétique, est devenu nécessaire pour ne pas dire indispensable à une relecture du sens lié aux origines et à la fin de l’homme.

Rédigés par 150 collaborateurs, les articles indiquent d’abord l’origine étymologique des concepts clés. Leur développement explicatif est en général concis. Et toujours précédé d’une ou de plusieurs définitions indiquant le domaine propre à leur élaboration. Ce qui permet de comprendre la pluralité des interprétations possibles et d’explorer les ramifications offertes. Les renvois aux notions complémentaires sont évidemment précieux, car ils proposent de nouveaux champs d’application et dessinent d’autres ouvertures. La liste alphabétique des entrées avec leurs signataires permet de toujours savoir où l’on en est et l’index des philosophes renvoyant aux notions et domaines qui les concernent restitue l’impact de leur apport substantiel et de leur implication dans le temps.

On devrait considérer ce dictionnaire comme un ouvrage à conserver à portée de main. Pas seulement pour le consulter à propos d’une notion à vérifier ou d’une définition à confirmer, mais comme un compagnon de route qui nous porte à la découverte. Fréquenter un tel ouvrage, c’est apprendre à s’y promener en s’arrêtant aux détours d’une notion pour se trouver invité à en aborder d’autres et finalement devenir gourmand de poursuivre l’aventure jusqu’à penser joyeusement les questions qui soulèvent notre appétit de vivre.

François Gachoud

Dictionnaire des concepts philosophiques. Sous la direction de Michel Blay. Ed. Larousse-CNRS, coll. In Extenso, 890 pp.

Partager l'article
Share on Facebook
Facebook