En réflexion...

LE SUICIDE DES JEUNES

Ne banalisons pas le phénomène ! Chaque tentative de suicide est un drame de trop. Il ne s’agit pas non plus d’une fatalité comme la statistique élevée tendrait à le laisser croire. Car on peut agir. C’est-à-dire vouloir comprendre, accompagner, prévenir. Ce qui est beaucoup. Oui, mais comment ?

Sommes-nous à même de répondre à ce genre d’événement? Certainement pas. Parce que la tentative de suicide entreprise par un jeune est toujours un choc considérable pour ses parents et son entourage. Lesquels sont démunis, réagissent parfois maladroitement ou portent des jugements erronés comme : « La tentative de suicide est un acte libre et délibéré » ou « Qui en parle ne passe pas à l’acte ».

En publiant « Le suicide des jeunes » (1) Maja Perret-Catipovic propose à la fois un témoignage et une analyse. Confrontée depuis des années à des cas problématiques et douloureux, elle offre des pistes, articule des réponses. Non des réponses toutes faites bien sûr, mais un éclairage tiré de la pratique thérapeutique. Ce qui fait de ce petit livre un ouvrage de référence pour les parents, éducateurs, proches et amis d’adolescent( e )s qui ont passé à l’acte.

Maja Perret part d’un paradoxe souvent exprimé : « La seule façon de reprendre ma vie en mains, c’est de me tuer. » Pourquoi l’adolescent éprouve-t-il donc le besoin que « ça en finisse » ? La thérapeute constate en fait deux choses. Que cette question renvoie à une autre : « qu’est-ce qui doit finir ? » Ensuite, qu’il y a chez l’adolescent l’idée qu’il ne peut plus continuer à vivre de la même façon : « Je voulais mourir pour que quelque chose change ma vie ! » Cette affirmation est propre à consterner l’entourage qui ne comprend pas. C’est normal.

Et pourtant, il faut commencer par là. Car lors d’une crise suicidaire, le jeune est plongé dans un trouble émotionnel dont il ne sait pas maîtriser les composantes. D’où la perte des repères et l’incapacité d’un choix vraiment libre. « Ils ne savent pas pourquoi ils ont commis cet acte, atteste Maja Perret. C’est quelque chose qui leur a échappé. » Et d’ajouter : « Etrangement, ils ont l’impression que s’ils meurent, c’est pour un moment. Avec l’idée d’une réversibilité ou celle de ne tuer qu’une partie de soi-même. Certains se tuent en espérant tuer ce qu’ils n’aiment pas en eux. »

Le suicide des adolescents est bien un phénomène complexe. Et il engendre foule de questions dont on ne saurait assurer soi-même la réponse. Comment en parler ? Le suicide est-il un appel au secours ? Quelle est la juste attitude à adopter après une tentative ? Comment éviter les maladresses, les jugements faux ? Comment aider l’adolescent à restaurer des liens avec lui-même, avec son entourage ? Comment l’écouter ? Comment prévenir une récidive ? La conclusion tombe sous le sens : seule l’expérience de thérapeutes confirmés est susceptible de nous éclairer. Ce qui fait du petit livre de Maja Perret un guide aussi précieux qu’indispensable.

François Gachoud

(1) Maja Perret-Catipovic : Le suicide des jeunes. Comprendre, accompagner, prévenir. Entretiens avec Michel Bavarel. Ed. St.Augustin, coll. L’Aire de famille, 130 pp.

Partager l'article
Share on Facebook
Facebook